Les cabinets de Paul Contant, apothicaire de Poitiers

"Et toi, dont le regard attriste mes esprits…" C'est en alexan­drins que le phar­ma­cien poi­te­vin Paul Contant chante son cabi­net de curio­si­tés, sans cesse enri­chi entre 1600 et 1628. Il ne fau­dra pas moins de quatre démé­na­geurs pen­dant sept jours pour démé­na­ger tous les objets après la mort du col­lec­tion­neur.