Cabinet de Peiresc (Nicolas-Claude Fabri)

Cité entre autres par Bonnaffé :

"1580–1637. Conseiller au par­le­ment de Pro­vence ; à Aix et à Bel­gen­tier. Je n'ai pas à refaire ici la bio­gra­phie de Pei­resc, une des gloires de la France et l'un des pre­miers de son siècle. His­toire natu­relle, astro­no­mie, lin­guis­tique, archéo­lo­gie, numis­ma­tique, ce grand homme a excel­lé en tout. […]

La mai­son de Pei­resc offrait l'aspect le plus bizarre. Sur­mon­tée d'un obser­va­toire, encom­brée de livres et de curio­si­tés, "d'objets pré­cieux des Indes, d'Ethiopie, de Grèce, d'Allemagne, d'Italie, d'Espagne, d'Angleterre, elle res­sem­blait à une foire fameuse, ins­tar cele­ber­ri­mi empo­rii (Nau­dé)." La biblio­thèque enva­his­sait le plan­cher, grim­pait le long des murs, débor­dait dans le ves­ti­bule ; des colonnes de manus­crits, colum­na­tium cumu­la­ti, se dres­saient dans toutes les pièces, par­mi les sta­tues de marbre et de bronze, les vases, les médailles, les pierres gra­vées, les por­traits entas­sés pêle-mêle avec les ani­maux sin­gu­liers, les momies, les ins­tru­ments de mathé­ma­tiques. La police était faite par une armée de chats pour les­quels Pei­resc pro­fes­sait une affec­tion par­ti­cu­lière ; c'était les conser­va­teurs de sa biblio­thèque.[…]

L'inventaire conser­vé à la Biblio­thèque en apprend davan­tage. C'est un manus­crit (f. fr. 9534) de vingt-huit pages, sans date, inti­tu­lé : Invan­taire des médailles, gra­veures, pierres pre­tieuses et poidz antiques du cabi­net de feu M. de Pei­resc. Il com­prend onze cha­pitres : Mon­noies et médailles, cette suite est consi­dé­rable ; — Gra­veures antiques, 1119 pierres gra­vées ; Gem­mae et lapilli, c'est-à-dire les pierres non gra­vées ; Raret­tés; — mun­dus mulie­bris ; — Supel­lex rpe­tio­sior : — Vazes antiques; — Figures de bronse antiques et deux de por­ce­laines, ce sont deux figures de por­ce­laine chi­noise ; — Sta­tues de marbre et de pierre antiques ; — Figures de bronse égyp­tiennes ; — Ins­tru­mentz de sacri­fice ; — Pièces déta­chées. […]

A la fin du cata­logue, se trouve une liste de qua­rante-cinq "médailles d'or des­ro­bées à M. de Pei­resc". […]

La col­lec­tion de Pei­resc fut dis­per­sée après sa mort. La plu­part des anti­qui­tés pas­sèrent dans le cabi­net de Sainte-Gene­viève ; le P. du Moli­net en a don­né la des­crip­tion. Une suite de por­traits his­to­riques, que Pei­resc avait réunie dans une gale­rie de sa mai­son à Aix, devint la pro­prié­té de M. de Val­belle, qui les trans­fé­ra dans son châ­teau de Cada­rache, sur les bords de la Durance ; ils ont été détruits à la Révo­lu­tion. Les livres de mathé­ma­tiques et les ins­tru­ments furent légués par Pei­resc à son ami Gas­sen­di. Quant à la biblio­thèque pro­pre­ment dite et aux manus­crits, M. de Vala­vez, frère et héri­tier de Pei­resc, les trans­por­ta à Paris et ven­dit la biblio­thèque au col­lège de Navarre. Les manus­crits, rap­por­tés à Aix, eurent à subir toutes sortes d'outrages jusqu'au jour où le pré­sident de Tho­mas­sin de Mazaugues en sau­va cent volumes envi­ron ; huit volumes furent ache­tés par Sibon et plus tard par Michel Bégon. La plu­part des lettres, qui s'élevaient à plus de dix mille, furent détruites par une petite nièce de Pei­resc, qui s'en ser­vait pour allu­mer son feu et faire des couches de vers à soie. Ce qui res­tait des manus­crits, mis en vente par le neveu de Pei­resc en 1647–48, fut ache­té par Nau­dé pour Maza­rin.

La Biblio­thèque de Car­pen­tras conserve 86 volumes des papiers de Pei­resc ; la Biblio­thèque natio­nale en pos­sède quelques-uns ; deux volumes […] se trouvent à la Haye. Le Musée Bri­tan­nique garde un cata­logue de près de 700 mss. ayant appar­te­nu à Pei­resc ; M. de Ber­luc-Per­us­sis signale deux inven­taires de la col­lec­tion, Fabri­cia­ni cime­lar­chii promp­tua­rium, etc. par Cha­pard, Aix, 1647, et le Cabi­net des rare­tés de feu M. de Pey­resc à la Biblio­thèque de Car­pen­tras. […]

$30, mai 1878. — Nau­dé, Lettre à Gas­sen­di. — Maga­sin ency­clo­pé­dique 1805, t. IV. — Bibl. Bar­be­ri­ni, Lettres de Pei­resc à Alean­der, n° 71. — Cab. de Sainte-Gene­viève. — $11 Notice de M. Frois­set. — $13 — Michel Bégon, par G. Duples­sis, p. 103. — De Ber­luc-Per­us­sus. — $3 — $67, p. 177–78. — $6, I, 152 ; II, 689. — De Mon­co­nys, Jour­nal des voyages. — $14, I, 7, 17, 18, 20. — $30, VII, 157. — $60, V, 184. — $17, 697. — P. Arbaud, Pey­resc biblio­phile, Aix, 1876. — $26, II, 447 et suiv."

 

*

Cabinet cité par BALSIGER, Barbara Jeanne, dans The Kunst-und Wunderkammern : A Catalogue Raisonné of Collection in Germany, France and England, 1565-1750, publié par l’Université de Pittsburgh, 1971, p. 601-603.

[p. 601]

(1580–1637)

Born Beau­gen­sier in Pro­vence.

Stu­died law in Padua, Paris, Rome.

The Sieur de Cal­las by inhe­ri­tance.

Sena­tor and judge of Par­li­ment of Pro­vence at Aix.

Lay abbot of the monas­te­ry of Guistres.

One of the men who nego­tia­ted the contract with Rubens for the Medi­ci gal­le­ry in the Palais du Luxem­bourg.

Inter­es­ted in genea­lo­gy and heral­dry, orien­tal lite­ra­ture and cultures, numis­ma­tics, his­to­ry, the sciences of medi­cine, astro­no­my, hor­ti­cul­ture, optics, com­pa­ra­tive ana­to­my, archaeo­lo­gy & eth­no­gra­phy.

Tra­ve­led to England and Hol­land exa­mi­ning scien­ti­fic col­lec­tions.

Built vast cor­res­pon­dence with men of lear­ning all over Europe and part of Asia.

Assem­bled great accu­mu­la­tion of lite­ra­ry and scien­ti­fic manus­cripts.

Pro­ved inva­luable for research pur­poses. Some 10,000 let­ters – many des­troyed after his death.

Publi­shed no scien­ti­fic works him­self, but col­lec­tions made avai­lable to others.

Was friend and patron of most of eru­dite people and men of let­ters of his day.

Gave books, coins, infor­ma­tion and help to almost eve­ry

[p. 602]

author or man of let­ters in Europe.

Gave Sco­li­ger books in Hebrew and medals of the princes of Sca­la.

Gave Hol­ste­nius many old geo­gra­phies and 20 Greek manus­cripts of Ari­sotle and Pla­to.

Gave many Cop­tic and Ara­bic manus­cripts to Sau­maise.

Atha­na­sius Kircher's Lin­gua Aegyp­tia­ca res­ti­tu­ta would not have been writ­ten without Peiresc's aid.

Ser­ved as dis­per­sal area for the works of many, many scho­lars – French, English, Ger­man, Ita­lian – sen­ding works from author to author and to publi­shers as he recei­ved them through his wide-spread cor­res­pon­dence. He had a col­lec­tion of coins and curios-some of which he pre­ser­ved in « museums » acces­sible to tou­rists.

He sent his cour­riers through the entire world to find things for his col­lec­tion : and

« aucun navire n'entrait dans un port fran­çais, sans ame­ner pour son cabi­net quelque vare­té (sic) d'histoire natu­ralle (sic), des marbres antiques, des manus­cripts coptes, arabes, hébreux, chi­nois, grecs, des frag­ments trou­vés dans la fouilles de l'Asie et du Pelo­po­nese. »

Col­lec­tion dis­mant­led after his death.

Pei­resc gave things from his own col­lec­tion to people he thought could use them, e.g. all his Egyp­tian things went to Atha­na­sius Kir­cher (q.v. « Cata­logue Rai­son­né », Rome).

Inven­taire des médailles, gra­veures, pierres pré­tieuses et poidz antiques du cabi­net de feu M. de Pei­resc.

Manus­cript of 28 pages. No date. Pre­ce­ded by por­trait of Pei­resc by Mel­len.

II chap­ters.

Coins and medals.
antique car­vings — 1,119 car­ved stones (cameos).
Stones — not cut or car­ved.
Rari­ties other than medals, and gems.
Mun­dus mulie­bris.
Objects in gold and sil­ver.
Antique vases of sil­ver, bronze, ala­bas­ter, ame­thyst, deco­ra­ted with eme­ralds and other mate­rials.
Large and small antique figures of bronze and two of por­ce­lain.
Antique sta­tues of marble and other stones
Ancient Egyp­tian figures of bronze, and other Egyp­tian objects.
Scien­ti­fic ins­tru­ments of bronze and sepa­rate objects.
A pain­ting by Rubens.

[p. 603]

A pain­ting by Nico­las him­self, repre­sen­ting the agate in the King's cabi­net.

Also had libra­ry of manus­cripts.

Cop­tic, Ara­bic, Hebrew, Chi­nese.

*
SOURCES (men­tion­nées par B.J. Bal­si­ger) :

Edmond Bon­naf­fé, Les Col­lec­tion­neurs de l'Ancienne France, Paris, 1873, pp. 37–38.

Leo­pold Delisle, « Un grand ama­teur fran­çais du XVIIe siècle, Fabri de Pei­resc », Lec­ture at a public mee­ting, 1888, publi­shed in Mémoires de l'Instritute de France, v. XXXV, part I, p. 141, and also in Annales du Midi, I, (1889), pp. 16–34.

David Mur­ray, Museums : Their His­to­ry and Their Use, Glas­gow, 1904, pp. 90–91.

Lin­da van Nor­den, « Pei­resc and the English Scho­lars », Hun­ting­ton Libra­ry Quar­ter­ly XII, 1948–1949, pp. 369–389.

Gas­sen­dus (1592–1655), The Life of the Renow­ned Nico­laus Clau­dius Fabri­cus, Lord of Pei­resk, Lon­don, 1657.
F.J. Cole, A His­to­ry of Com­pa­ra­tive Ana­to­my, Lon­don, 1944, p. 482.

 

*

Autres élé­ments biblio­gra­phiques :

Peter MILLER, L'Europe de Pei­resc,