Cabinet de Boisot, Jean-Baptiste

Cité par Bonnaffé

1638–1694. Né à Besan­çon, Boi­sot pas­sa la pre­mière par­tie de sa vie à par­cou­rir l’Italie, l’Allemagne, les Pays-Bas, ache­tant des tableaux, des médailles, des marbres, des livres, et se liant avec les savants étran­gers. A son retour en Franche-Com­té, il fut nom­mé à l’abbaye de Saint-Vincent de Besan­çon ; dès lors il se consa­cra tout entier à la curio­si­té, aug­men­tant sans cesse sa biblio­thèque et son cabi­net. Il ache­ta du comte de Saint-Amour, petit-neveu de Gran­velle, les médailles et quelques-uns des tableaux du Car­di­nal, ain­si que sa biblio­thèque et quatre-vingts volumes de cor­res­pon­dance, com­pre­nant les Mémoires de Gran­velle.

L’abbé Boi­sot légua sa col­lec­tion aux béné­dic­tins de son abbaye (1694), avec un fonds de deux mille écus pour l’entretenir et sous la condi­tion que le public y serait admis deux jours par semaine. C’est l’origine de la Biblio­thèque publique de Besan­çon, ouverte en 1695.

Aug. Cas­tan, Palais Gran­velle. — $6, II, 690. -$46, VII, 74. — $30, XXII, 523 ; XXIV, 2e pér., 458. – Mabillon, Iter Ger­ma­ni­cum. – Musé de Besan­çon, Catal. n° 213, 343, 344.