Cabinet de De Bullion, Claude

Cité par Bonnaffé

1570–1640. Sur­in­ten­dant des finances et ministre d’État sous Louis XIII, « un des plus grands hommes de robe de son siècle ». Hôtel bâti en 1630 par Le Vau, rue Plâ­trière (aujourd’hui J.-J. Rous­seau). — Deux gale­ries peintes l’une par Blan­chart, repré­sen­tant les Douze mois de l’année ; l’autre par Simon Vouet, repré­sen­tant les Aven­tures d’Ulysse. Sculp­tures de Sar­ra­zin.

Claude de Bul­lion fit bâtir, en Seine-et-Oise, le beau châ­teau de Wide­ville. Phi­lippe Buys­ter exé­cu­ta une par­tie de la déco­ra­tion : « Il fit sur des sujets allé­go­riques plu­sieurs figures de pierre grandes comme le natu­rel et, d’un seul mor­ceau de marbre, une Chèvre et deux enfants. Ce groupe est fort étu­dié et bien fini ». Le châ­teau de Wide­ville existe encore, il appar­tient à Mme la mar­quise de Rou­gé ; une par­tie des sculp­tures de la Nym­phée est conser­vée.

Charles-Denis de Bul­lion, petit-fils de Claude, fut reçu pré­vôt de la ville de Paris en 1685.

L’hôtel de Bul­lion a ser­vi de local pour les ventes publiques, depuis 1780 jusqu’à l’établissement des com­mis­saires-pri­seurs rue Drouot.

$63, II, 192. — $31, I, 213 et 1713, II, 87. — $52, I, 283.