Cabinet de Cordeaux, Jacques

Cité par Bonnaffé

V. 1673. Avo­cat au Par­le­ment, quai de la Tour­nelle, à Paris. — Tableaux, médailles, livres rares. Cor­deaux avait la déplo­rable manie d’enterrer ses richesses et de fer­mer sa porte aux curieux ; on l’appelait Cor­deaux le Biblio­taphe. « Il vou­loit, écrit Bau­de­lot, un mal mor­tel à celui qui avoit fait impri­mer un livre dont il avoit le manus­crit. C’est contre luy que Mon­sieur Petit a fait une pièce impri­mée par­my ses poé­sies, inti­tu­lée In Biblio­ta­phum, contre un enter­reur de livres ». Voi­ci un frag­ment de la satire de Petit :

Quid tibi vis tri­pli­ci innu­me­ros qui clave coerces,

Quos nun­quam evol­vis libros ? Qui car­cere cæco

Sacras abdis opes; cujusque oppres­sa veter­no

Tot pre­tio­sa latent vete­rum monu­men­ta Sopho­rum ?

« Il avoit des manus­crits uniques et en grand nombre, cepen­dant à peine en apre­noit-on le nom, et je ne sache aucuns sça­vans qui se loüent de luy dans leurs ouvrages on autre­ment pen­dant 40 ans qu’il les a pos­sé­dez. Sa ser­vante, qu’il avoit épou­sée sur la fin de ses jours, les luy a fait vendre, et il n’y a guère de Biblio­thèques dans Paris qui n’en aient pro­fi­té ».

$64$6, II, 402. — $17, 507. — $48.