Cabinet de Gallois (?)

Ce cabinet, vendu en 1763 "chez M. Gallois, Jouailler, au Chapelet, sur le Pont au Change", est identifié dans la préface du catalogue de vente comme un "cabinet d'histoire naturelle". Ce Gallois joaillier est mentionné dans la Conchyliologie Nouvelle de Dézallier d'Argenville.

Le seul cata­logue de la vente de ce cabi­net ne per­met pas d'affirmer caté­go­ri­que­ment qu'il appar­tient bien à Gal­lois ; cepen­dant les 500 lots qui dis­persent les objets le com­posent, et dont on voit à l'évidence le lien avec le métier qu'il exerce, donnent une grande pro­ba­bi­li­té à l'hypothèse. "Le Cabi­net d’Histoire natu­relle que l’on expose au Public, dit l'Avertissement, est un choix fait avec plai­sir, par un par­ti­cu­lier, qui n’a rien épar­gné pour ras­sem­bler plu­sieurs Objets curieux et inté­res­sans.
Il y a géné­ra­le­ment de tout dans ce Cabi­net, comme Coquilles rares, Our­sins sin­gu­liers, Plantes Marines très-dis­tin­guées, Coraux, Madre­pores, Litho­phites, etc. Mine­raux, Pierres pré­cieuses non-mon­tées, dans tous les genres ; nombre de Bagues très-belles et d’un beau choix, par­tie entou­rée de Brillans, grand nombre d’Agathes choi­sies, tant Orien­tales que d’Allemagne, et nombre de Curio­si­tés de dif­fé­rens genres."

Le lot 501 et der­nier est "Une Armoire de Chêne d’Hollande toute neuve, n’ayant point eu aucun ver­ni ni cou­leurs, et d’un très-beau tra­vail, dans l’uni à mou­lures, gar­ni de vingt Car­reaux de Bohême, por­tant cha­cun vingt-six pouces de haut sur dix-neuf de large, ayant deux Car­reaux l’un sur l’autre : l’Armoire est com­po­sée de dix bat­tans, fer­més cha­cun de sa ser­rure ; le bas a dix bat­tans sans car­reaux, gar­nis cha­cun de leurs ser­rures ; la face de l’Armoire a vingt-deux pieds de haut ; elle peut se mettre toute d’une même ligne ; elle est faite de façon que l’on peut la divi­ser en trois par­ties ; l’on peut aus­si la retré­cir, comme on peut l’allonger ; ladite Armoire n’a point de fond, elle est gar­nie de gra­dins et de tiroirs, elle a été faite pour un Cabi­net d’Histoire natu­relle, et feroit un très-belle Biblio­théque, et peut ser­vir à dif­fé­rens usages : l’on seroit char­mé de vendre ladite Armoire à la main, avant la vente, pour pou­voir jouir du lieu où elle est".