Cabinet de Petau, Paul

Cabinet cité par Pierre Borel et par Bonnaffé

Ce cabi­net fait par­tie du cata­logue don­né par Pierre Borel à la suite de ses Anti­qui­tez… de la Ville, et Com­té de Castres d'Albigeois, p. 124 à 131, sous le titre de Roole des prin­ci­paux cabi­nets curieux, et autres choses remar­quables qui se voyent ez prin­ci­pales Villes de l'Europe.
Pierre Borel men­tionne une tren­taine de cabi­nets pour la ville de Paris :
&nbsp&nbsp "Paris.
&nbsp&nbsp Le Cabi­net du Roy, celuy de Mr. le Duc d’Orleans, la salle des antiques, celuy de Mr. Gau pour les anti­qui­tez, celuy de Mr. de la Brillere et du sieur Gabar­ry pour la pein­ture, celuy de feu Mr. du Mous­tier, de Mr. Petau Conseiller, de feu Mr. Pré de Segle, de Mr. Robin Chi­rur­gien, et de Mr. Conard pour les coquilles et fleurs, des trois Mes­sieurs de Morin, de Mr. du Val Mede­cin, de Mr. Bache­lier pour les plantes, de Mr. Nico­lai pour les papillons, de l’Abbé de sainct Ambroise, de Mr. Nodin Chi­rur­gien, de Mr. Pes­cher, de Mr. Nodin Apo­ti­quaire, de Loi­se­lier Magnin, de Tri­bou, du petit Patis­sier vis à vis de S. Ger­main, de l’Abbé Lumagne pour la pein­ture, de Mr. Hen­ry Bro­deur et valet de chambre du Roy, de Mr. Mous­seau Pre­sident au gre­nier à sel, de Mr. de Lian­court pour la pein­ture, de Maistre Estienne Sculp­teur Gene­vois logé au faux­bourg sainct Ger­main, de Mr. de Vil­liers Mar­chand de la rue S. Denis, de Mr. de Bre­ton­vil­liers et de Mr. Fey­deau Cha­noine de N. Dame."

Bon­naf­fé : "1568–1614. Conseiller au Par­le­ment de Paris, anti­quaire ; on a de lui quelques dis­ser­ta­tions archéo­lo­giques. — Mon­naies, médailles, anti­qui­tés, curio­si­tés, cou­tel­le­rie, livres, manus­crits.

Paul Petau a fait gra­ver, et peut-être gra­vé lui-même le cata­logue de ses curio­si­tés les plus remar­quables. Ce recueil, qui com­prend 47 planches fort médiocres, est le pre­mier cata­logue illus­tré que je connaisse. Il se divise en deux par­ties : la pre­mière, inti­tu­lée Anti­qua­riae supel­lec­ti­lis por­tiun­cu­la, Pari­sius (sic), 1610 ; la seconde, sous le titre de Vete­rum num­mo­rum gno­ris­ma (même date) ; cette par­tie est uni­que­ment consa­crée au x médailles. L'exemplaire de la Biblio­thèque (Cabi­net des Estampes) qui m'a été signa­lé par M. G. Duples­sis, porte en tête le por­trait de Petau, gra­vé par Briot, qui a été ajou­té ; autour des fron­tis­pices du cata­logue, on lit plu­sieurs fois la devise de Petau : Non nisi pris­ca peto.

La petite lampe de bronze, dont j'ai par­lé à pro­pos de Lau­thier et qui pas­sait pour avoir appar­te­nu à Jules César, figure ici gra­vée avec le revers et l'inscription. Deux des planches de médailles portent cette légende : Horum plures habet Pas(chasius) Gall(us) Mon­talt.

On connaît de ce cata­logue une édi­tion très pos­té­rieure. L'auteur ano­nyme de la pré­face donne quelques indi­ca­tions sur P. P2tau et ajoute la tra­duc­tion fran­çaise des ins­crip­tions latines pla­cées au bas de chaque planche. Cette édi­tion a pour titre : Expli­ca­tion de plu­sieurs anti­qui­tés recueillies par Paul Petau, conseiller au Par­le­ment de Paris, Amst., 1757.

Pei­resc men­tionne à plu­sieurs reprises la col­lec­tion de Petau : Gal­li­ci num­mi a Pau­lo Peta­vio edi­ti ; — Médailles observé"es en voyant le cabi­net de M. Petau, le 19 mai 1618 ; — Médailles ex musoeo P. Peta­vii ; — Fran­co­rum secun­doe stir­pis num­mi ex musoeo Pau­li Peta­vii ; -Cal­cul de ce à qui reviennent les médailles de M. Petau ; ce qui paraît indi­quer que Pei­resc en avait ache­té une par­tie.

Le por­trait d'Anne de Bre­tagne, don­né par Méze­ray, est gra­vé d'après une médailles de P. Pétau.

Sau­val, qui appelle P. Petau "l'un des plus remar­quables et des plus curieux anti­quaires de notre temps", indique des anti­qui­tés décou­vertes à Paris et décrites dans son cata­logue. Enfin, Charles Patin, par­lant de ce cata­logue, ajoute : "Ejus (P. Peta­vii) tamen eru­di­tio­ni opus non satis respon­det, com­men­ta­riis quippe des­ti­tu­tum." […]

$17, 552, 556. — $49, XV ; $47, III, 337. — Cau­se­ries sur l'art et la curio­si­té. Paris, 1878, p. 106. — $63, I, 20 ; II, 76. — $62, 62. — $57, 200. — $53. — $59, I, 493–502 ; II, 59, 67, 109, 139. — $42."