Exposition événement à Landerneau 23 juin-3 nov 2019

Communiqué de presse

« Cet été, nous vous don­nons au FHEL un ren­dez-vous tota­le­ment inédit et… pour le moins, inso­lite. Lais­sez-vous sur­prendre ! Entrez avec nous dans cette curieuse fan­tai­sie et par­tons ensemble avec Laurent Le Bon, com­mis­saire de l’exposition, et Patrick Mau­riès, à la décou­verte de ces uni­vers, de ces incroyables col­lec­tions, ces « Cabi­nets de curio­si­tés ». Autant de mondes bizarres et bigar­rés, des plus mys­té­rieux aux plus étran­ge­ment fami­liers, peu­plés d’objets et d’histoires qui tra­versent les temps, les lieux, les socié­tés, à la croi­sée des arts, des cultures, des sciences et des lettres. Lan­der­neau n'a pas fini de vous éton­ner ! »
Michel-Édouard Leclerc

 

Lieu essen­tiel de la culture renais­sante et baroque, ins­tru­ment de savoir autant que de plai­sir esthé­tique, au car­re­four de l’art et de la science, le cabi­net de curio­si­tés s’effaça devant le ratio­na­lisme des Lumières, ne sub­sis­tant que dans les musées secrets de quelques col­lec­tion­neurs nos­tal­giques. Il ne sus­ci­ta, au début du 20e siècle, que l’intérêt des his­to­riens, des ama­teurs de bizarre et des sur­réa­listes qui en appré­cièrent l’étrangeté et les aspects poé­tiques. Il fal­lut attendre le pas­sage au siècle sui­vant pour voir le phé­no­mène connaître une résur­gence para­doxale et prendre une ampleur nou­velle. Après s’être vu consa­crer, en France, à Poi­tiers en 2013, une expo­si­tion, « La Licorne et Le Bézoard », qui se pro­po­sait d’en retra­cer l’histoire, le cabi­net de curio­si­tés fait l’objet, dans le pro­jet du FHEL, d’une approche renou­ve­lée. Pre­nant acte du fait que, deve­nu source d’inspiration de nom­breux artistes, thème d’expositions inter­na­tio­nales aus­si bien que ten­dance du goût et du décor inté­rieur, le cabi­net de curio­si­tés fait désor­mais par­tie de l’imaginaire contem­po­rain, la pré­sente expo­si­tion se pro­pose d’en suivre dif­fé­rentes expres­sions, échos et inter­pré­ta­tions. S’ouvrant sur une mise en pers­pec­tive his­to­rique, elle s’intéresse essen­tiel­le­ment aux regar­deurs qui auront réin­ven­té, dans les der­nières décen­nies, le concept de cabi­net de curio­si­tés : qu’il s’agisse d’institutions comme le Muséum natio­nal d’Histoire natu­relle, le musée de la Chasse et de la Nature à Paris, le musée d’anatomie de Mont­pel­lier ou le musée Le Secq des Tour­nelles à Rouen, de per­son­na­li­tés sin­gu­lières, comme le fon­da­teur de la Mai­son rouge, Antoine de Gal­bert ou d’artistes comme Miquel Bar­celó, Jean-Jacques Lebel ou Théo Mer­cier. S’ébauche ain­si, sur près de 1000 mètres car­rés, dans une scé­no­gra­phie éton­nante, ce qui pour­rait être un cabi­net de curio­si­tés du moment pré­sent.

 

 

 

 

Com­mis­sa­riat Laurent Le Bon
Com­mis­saire asso­cié Patrick Mau­riès

L'équipe de curio­si­tas est par­te­naire de cette mani­fes­ta­tion.