Alexandre Galand et Delphine Jacquot, Monstres et merveilles. Cabinets de curiosités à travers le temps, Paris, Seuil Jeunesse, 2018, 48 pages à rabats, 19,90 €.

Il faut recom­man­der sans réserves le magni­fique album publié au Seuil Jeu­nesse par Alexandre Galand et illus­tré par Del­phine Jac­quot, en signa­lant d'emblée que son grand for­mat, son élé­gance et sa richesse sédui­ront lar­ge­ment au-delà du public des 8–15 ans auquel il est sup­po­sé­ment des­ti­né. Les cabi­nets de curio­si­tés y sont mis à l'honneur grâce à une excel­lente illus­tra­trice, Del­phine Jac­quot, qui sert mer­veilleu­se­ment le pro­pos, effi­ca­ce­ment et plai­sam­ment syn­thé­ti­sé par le texte bien infor­mé et pas­sion­né d'Alexandre Galand, Doc­teur en his­toire, art et archéo­lo­gie.

 

 

Les curieux de tous les âges y trou­ve­ront des décou­vertes à leur mesure et selon leur appé­tit pico­re­ront ou dévo­re­ront, sans comp­ter les mul­tiples sur­prises qui attendent éga­le­ment ceux qui croient déjà tout savoir. En par­ti­cu­lier, le volume bien agen­cé pro­pose un décou­page en quatre grandes sec­tions qui sont autant d'étapes d'un phé­no­mène dont on recon­naît et la per­pé­tuelle évo­lu­tion au fil des siècles qui nous ont pré­cé­dés, et les sur­vi­vances actuelles, notam­ment dans l'art contem­po­rain qui n'est pas oublié  :

I. "XVIe siècle : nais­sance"

II. "XVIIe et XVIIIe siècles : vers les sciences et les arts pour tous"

III. "XIXe et XXe siècles : pano­ra­mas du monde"

IV. "Aujourd'hui et demain : l'esprit des cabi­nets per­dure"

 

 

Pour ouvrir cha­cune de ces sec­tions, une vaste planche synop­tique dépliante en trois volets res­ti­tue l'esprit des gra­vures fron­tis­pices qu'on trou­vait à l'époque au début des cata­logues pour don­ner une repré­sen­ta­tion, sou­vent idéa­li­sée et retra­vaillée pour séduire, du cabi­net de curio­si­tés. Ain­si, l'art du "coup d'oeil", si impor­tant pour les visi­teurs de toutes les époques lorsqu'ils pénètrent dans la pièce en ques­tion, est ici non seule­ment conser­vé mais aus­si brillam­ment culti­vé, y com­pris dans son aspect men­son­ger et recom­po­sé, comme on le ver­ra plus loin.

Le lec­teur d'aujourd'hui, à son tour, est invi­té à se plon­ger dans ces planches pleines de cou­leurs et d'objets qui attirent son atten­tion et pro­voquent sa curio­si­té. Curio­si­té ensuite com­blée par les pages qui suivent la planche dépliante, car les objets y sont repris un à un pour être détaillés par un texte court et per­cu­tant, tou­jours infor­mé aux meilleures sources, et aux plus récentes — on recon­naît en par­ti­cu­lier nombre de déve­lop­pe­ments pui­sés au cata­logue La licorne et le bézoard. Une his­toire des cabi­nets de curio­si­tés, paru en 2013, cité dans la courte biblio­gra­phie finale.

 

Le lec­teur, qui trouve ain­si à nour­rir, atti­ser et satis­faire sa curio­si­té, apprend sans peine quan­ti­té d'anecdotes pit­to­resques au sujet des mer­veilles, des écor­chés, des momies, des objets d'art et de science, des exo­tismes col­lec­tion­nés.

Sur­prises heu­reuses en prime, les jeux dis­po­sés pour l'érudit : en contem­plant les planches réa­li­sées par Del­phine Jac­quot, cha­cun peut ten­ter de devi­ner com­ment elle les a com­po­sées, puisqu'elles consistent en un ingé­nieux patch­work de mor­ceaux choi­sis tirés des gra­vures les plus connues. Toutes ces cita­tions en forme d'hommage per­mettent de recon­naître dans ces illus­tra­tions ingé­nieuses les flèches d'Ole Worm, le canoé de Paul Contant, le cro­co­dile de Fer­rante Impe­ra­to, l'armoire vitrée de Bon­nier de La Mos­son, la coiffe de Moc­te­zu­ma, Pedro Gon­zales l'homme velu d'Ambras tenant contre lui la Car­ta mari­na d'Olaus Magnus, les ten­tures en pers­pec­tive de Sir Ash­ton Lever, etc, en des vues syn­cré­tiques, sortes de rêves de cabi­nets ras­sem­blant Vienne avec Vérone, Naples avec Paris et Inns­brück. Pour celui qui aura ten­té d'identifier chaque détail, toutes les réponses ou presque sont don­nées en fin d'ouvrage. Le pro­dige arcim­bol­dien de consti­tuer de la sorte des "cabi­nets de cabi­nets de curio­si­tés" est par­fai­te­ment réus­si.

Dépliant et ras­sem­blant ain­si intel­li­gem­ment cette matière si riche et si mer­veilleuse, l'ouvrage est fidèle aux attentes des col­lec­tion­neurs de l'Ancien Régime qui pré­ten­daient réjouir tant l'oeil que l'esprit.