Cabinet de Duhamel (de l'Académie des Sciences)

Cité par Dezallier d'Argenville, dans Conchyliologie portative, publié à Paris, chez Regnard, 1757, p. 314-315.

[p. 314]
La par­tie des Coquilles est belle ; mais, selon moi, le grand mérite de ce Cabi­net vient des
[p. 315]
Madre­pores, qui sont de la plus grande espèce & de toute beau­té. L’on doit cette atten­tion à M. Fou­ge­rou son neveu, Membre de la même Aca­dé­mie.

[Ce cabi­net est cité par­mi les cabi­nets d’histoire natu­relle avec l’introduction sui­vante :]

[P.309]

INDICATION
PAR ORDRE ALPHABÉTIQUE

Des Cabi­nets d’Histoire natu­relle répan­dus dans Paris, avec les noms des Ama­teurs qui les pos­sèdent.

            L’Emulation sur les les recherches de l’Histoire natu­relle croît à vue d’œil. Paris abonde dans ces sortes de Cabi­nets, qui ne font qu’augmenter par le goût des Curieux qui les forment. J’aurois des reproches à me faire, si je gar­dois le silence sur ceux qui sont venus à ma connois­sance ; & je me flatte que les Ama­teurs me sau­ront gré de mon atten­tion à les dési­gner. Mettre au jour leurs richesses,

[P.310]
c’est rendre à leurs connois­sances un hom­mage dont ils s’acquittent les pre­miers envers la nature.
Tout le monde connoît le magni­fique Cabi­net du Roi dans son Jar­din des Plantes, où tout ce que la nature pro­duit de plus rare & de plus pré­cieux dans tous les genres, est ras­sem­blé. Il est public, ain­si je n’entrerai dans aucun détail.