Cabinet de Contant, Paul (1600-1628)

Cabinet partiellement décrit et versifié dans un poème de 1609 par Paul Contant lui-même, Le Jardin, et Cabinet poetique, version développée d'un primitif Bouquet printanier (1600). Ce cabinet est encore cité par Pierre Borel en 1649, vingt ans après la mort de son propriétaire.

Paul Contant, phar­ma­cien à Poi­tiers, fait allu­sion à quelques objets d'un début de col­lec­tion dès son Bou­quet prin­ta­nier de 1600. Ce pre­mier poème essen­tiel­le­ment consa­cré à son jar­din de végé­taux spec­ta­cu­laires ou rares est repris une dizaine d'années plus tard et consi­dé­ra­ble­ment étof­fé pour don­ner au public un avant-goût plus sub­stan­tiel de la visite du cabi­net de curio­si­tés à laquelle le phar­ma­cien le conviait.

On trou­ve­ra sur ce site le poème de 1609, Le Jar­din, et Cabi­net poe­tique, avec, grâce à la géné­ro­si­té de la Média­thèque de Poi­tiers, les gra­vures qui l'accompagnent et aux­quelles il se réfère par un sys­tème de numé­ro­ta­tion qui réap­pa­raît dans le corps même du texte, mais aus­si la liste latine tar­dive (1628) et pro­ba­ble­ment exhaus­tive de la col­lec­tion sous le titre d' Exa­goge mira­bi­lium…, et d'autres docu­ments concer­nant direc­te­ment le caphar­naüm de l'apothicaire poi­te­vin.
Le cabi­net occu­pait l'étage de la mai­son de Contant, sise à l'angle des actuelles rues Arsène Orillard et de la Cathé­drale.

 

Biblio­gra­phie com­plé­men­taire :

Paul Contant, Le Jar­din, et cabi­net poé­tique, édi­tion cri­tique et notes de Myriam Mar­rache-Gou­raud et Pierre Mar­tin, Rennes, Presses Uni­ver­si­taires de Rennes, "Textes rares", 2004.

*

Cité par Bon­naf­fé : 1572( ?)-1632. Fils de Jacques et, comme lui, apo­thi­caire à Poi­tiers, entre­prit plu­sieurs voyages en France, en Alle­magne, en Ita­lie, visi­ta les cabi­nets curieux et orga­ni­sa dans sa ville natale un jar­din bota­nique avec un cabi­net d’histoire natu­relle. Il en com­po­sa le cata­logue sous le titre de : Jar­din et cabi­net poé­tique avec figures, Poi­tiers, 1608. Zin­zer­ling parle de ce livre : « Addi­dit ipse de eâ (pina­co­thecà) librum ver­si­bus gal­li­cis, figu­ris æri inci­sis orna­tum. » Borel men­tionne « M. Constant, à Poi­tiers, maître apo­ti­quaire, curieux de plantes et ser­pens ». Göl­nitz donne quelques indi­ca­tions de plus sur l’amateur de la col­lec­tion : « Ædes Pau­li Constan­ti, phar­ma­copœi, viri huma­ni, promtæ fron­tis et volun­ta­tis, pri­va­tos intra­vi­mus, visu­ri (quod et nobis conces­sum) ejus gazo­phy­la­cium quod libro, quem et XVI soli­dis Gall. emi­mus, ver­si­bus gal­li­cis ins­crip­sit, æneisque figu­ris exor­na­vit. » Suit une assez longue des­crip­tion des curio­si­tés natu­relles et sur­na­tu­relles ; les curio­si­tés arti­fi­cielles com­prennent des armes, des ins­tru­ments et des cos­tumes de sau­vages, un miroir mon­trant d’un côté le por­trait du roi Hen­ri IV et de l’autre la figure d’un chat, etc.

$58$38, 91. — $32, 294. — $75, 1639.

*

Au cours d’un voyage depuis Dant­zig, Abra­ham Göl­nitz  est venu dans le Poi­tou et a visi­té le cabi­net de curio­si­tés du phar­ma­cien Paul Contant, dont il a acquis pour la somme de seize sous fran­çais, pré­cise-t-il, le poème accom­pa­gné des planches gra­vées de 1609 (Le Jar­din, et Cabi­net poe­tique, que l'on trou­ve­ra éga­le­ment sur ce site). Il ne manque pas de faire le compte ren­du de sa visite dans son récit de voyage, en retrou­vant dans ses notes, qu'il met en ordre selon la hié­rar­chie tra­di­tion­nelle (natu­ra­lia, puis prae­ter­na­tu­ra­lia, et enfin arti­fi­cia­lia, ce qui l’a le plus frap­pé. On pour­ra bien enten­du retrou­ver ces quelques objets du Cabi­net dans l’impressionnante liste de l’Exa­goge mira­bi­lium que Contant publie­ra avec les Œuvres de 1628. Nous repro­dui­sons ici la page 265 de l'Ulysses bel­gi­co-gal­li­cus, qui rend compte de la visite de Göl­nitz dans le caphar­naüm du phar­ma­cien.

*

Visis his publi­cis intra et extra urbem, aedes Pau­li Contan­ti, phar­ma­co­poei, viri huma­ni, prom­tae fron­tis et volun­ta­tis, pri­va­tas intra­vi­mus, visu­ri (quod et nobis conces­sum) ejus GAZOPHYLACIUM, quod libro, quem et XVI soli­dis Gall. emi­mus, ver­si­bus Gal­li­cics ins­crip­sit, aeneisque figu­ris exor­na­vit. Memo­riae com­pen­dio haec enota­vi­mus. Sunt ibi rara et visu digna  mul­ta, natu­ra­lia, prae­ter­na­tu­ra­lia et arti­fi­cia­lia. Ad natu­ra­lia refe­re­mus plan­tas, fos­si­lia et ani­ma­lia. Ad plan­tas refe­ro fruc­tus. Inter hos, habet fabas, cas­ta­neas et avel­la­nas pur­ga­trices, pha­seo­los, echi­na­tos, car­po­bal­sa­mum Per­uvia­num, nucem fau­tel, dra­co­nem, nucem methel, piper Aethio­pi­cum, cedrum mon­tis Liba­ni, col­cyn­thi­dem pyri­for­mem, glan­dem tube­ris, etc. Habet ligna : aloës verum, canel­lam, nephri­ti­cum Indi­cum de Hie­ri­co, Molu­quense ; xylo­bal­sa­mum verum, & offi­ci­na­rum ; asphal­tum verum, et fal­sum, etc. E cor­ti­ci­bus habet ; cina­mo­mum verum, canel­lam albam novi orbis, tur­bi­tum verum His­pa­ni­cum, cor­ti­cem bugiae, etc. E flo­ri­bus, epi­thy­mum Grae­co­rum et Ara­bum, nar­dum Indi­cam, etc. E radi­ci­bus ; dra­ke­nam contra­hier­vam, cos­tum facie sam­bu­ci, cos­tum facie zin­zi­be­ris, agrio­ci­na­ram, etc. E gom­mi, ani­mae fla­vum,  luteum, album, copal, cara­gna, cedri Liba­ni resi­na, gua­ja­ci, etc. Inter fos­si­lia habet ; sul­phur luteum, can­di­dum et cine­reum, cal­ci­thi­dem, melan­the­riam Sorii­My­si, lapi­dem amian­thum, spe­cu­lum asi­ni, alu­men cati­num : amian­thum verum vel asbes­ton ; è quo tela fit, quae igni injec­ta non consu­mi­tur : varios bolos et ter­ras sigil­la­tas, ter­ra are­no­sam, quae conchas dura­tas in se conti­net, lapides echi­ni­tis, lapi­dem quem per­tu­sis labiis Indis inse­runt, lapides ser­pen­tem aliaque gene­ra mira refe­rentes, lapi­dem nephri­ti­cum, petra­fac­tas conchas, petra­fac­tos fun­gos et fun­gil­los, cor petre­fac­tum, bezoar orien­tale et occi­den­tale, ligna petre­fac­ta, etc. Ani­ma­lia sunt vel ter­res­tria ; dra­co, ves­per­ti­lio magni­tu­dine lepo­ris ; cha­me­leon, caput et cau­da rhi­no­ce­ro­tis, etc. vel aquea ; ser­pens XIV pedum, variis macu­lis stel­la­ta ; remo­ra ; ocu­lus ceti, immen­si pon­de­ris ; vulpes mari­na ; cau­da rha­gae ful­lo­niae,  pedes IV lon­ga ; hyp­po­po­ta­mus mas et foe­mi­na, dia­bo­li mari­ni caput, can­cer vil­lo­sus, cos­ta ceti, dens ele­phan­tis mari­ni, lepores mari­ni mas et foe­mi­na, conchae mar­ga­ri­ta­fe­rae, ostreae mar­ga­ri­ta­fe­rae, conchae vene­reae sex gene­rum, pur­pu­rae, concha umbi­li­ca­ta è mari rubro, murex mar­mo­reus, buc­ci­nae variae, pec­tun­cu­li varii è conchis ; cro­co­di­lus magnus, minor et mini­mus ; stel­lae mari­nae, etc. Prae­ter­na­tu­ra­lia sive mons­tra : eaque vel huma­na ; nimi­rum sce­le­ton puel­lae bino capite, duo­bus utrinque bra­chiis, coxis et cru­ri­bus in uni­co cor­pore, quae qui­dem operà medi­co­rum ex ute­ro viva exiit, sed sta­tim dena­ta, matre super­stite. Vel bru­ta ; nimi­rum colum­ba biceps, agnus uno­cu­lus, canis octo pedum, etc. Arti­fii­ca­lia sunt, iacu­la Indi­ca, cin­gu­lum è fru­gi­bus, monile è conchis vene­reis, pileo­lus her­ba­ceus, pileo­lus è variis plu­mis, vestes è plu­mis, fron­ta­lia ex iis­dem, cly­peus Indi­cus, sica Indi­ca, cla­vae Indi­cae ex ebe­no ; cym­ba canooy dic­ta, XIII pedi­bus lon­ga, ex uni­co cor­tice arbo­ris Indi­cae ; col­li­cu­lus rubeus fac­ti­tius è conchis, cae­te­risque id genus, è quo fons pro­si­lit ; spe­cu­lum, in quo ab uno latere Hen­ri­ci IV regis effi­gies, ab alte­ro catus conspi­ci­tur ; conspi­ci­lia, visum fal­len­tia, etc.

*

SOURCE : Abra­ham GöL­NIT­ZIUS : Ulysses bel­gi­co-gal­li­cus, fidus tibi dux et Achates, per Bel­gium His­pan., regnum gal­liae, ducat., Sabau­diae, Turi­num usque Pede­mon­tii , Amster­dam, 1655 (épître dédi­ca­toire datée de 1631).

Loca­li­sa­tions : très nom­breuses dans les biblio­thèques de France, aus­si bien pour l'édition de 1631 que pour celle de 1655.

Poi­tiers BM : DM 865 [ici sai­si]