Cabinet de Borel, Pierre

Cabinet décrit par Borel lui-même dans un Catalogue des choses rares de Maistre Pierre Borel inséré dans ses Antiquitez, raretez, plantes, mineraux, et autres choses considerables de la Ville, et Comté de Castres d’Albigeois de 1649.

L’érudit Pierre Borel, médecin depuis 1643, exerce son art à Castres et fréquente dès 1649 l’Académie de cette ville. Le catalogue de son cabinet, que l’on trouve adjoint à son ouvrage à orientation historique sur Castres, se présente comme la réédition actualisée d’une publication de 1645, dont aucun exemplaire n’est parvenu jusqu’à nous. La seconde partie de ce document est passionnante à double titre : parce qu’elle fait l’inventaire des curiosités du cabinet de Pierre Borel , et parce que l’auteur fait une « liste des cabinets de France et d’ailleurs » qui lui sont contemporains, assortis pour la plupart du nom de leur propriétaire, source très précieuse pour nos travaux (ce document exceptionnel est également accessible sur notre site, voir lien indiqué).

 Ce catalogue du cabinet de Borel, dressé par son propriétaire, occupe les pages 132 à 150 des Antiquitez, raretez, plantes, mineraux, et autres choses considerables de la Ville, et Comté de Castres d’Albigeois, et des lieux qui sont à ses environs, avec l’Histoire de ses Comtes, Evesques, etc. Et un recueil des Inscriptions Romaines, et autres antiquitez du Languedoc, et Provence. Avec le Roolle des principaux Cabinets, et autres raretez de l’Europe. Comme aussi le Catalogue des choses rares de Maistre Pierre Borel, Docteur en Medecine Autheur de ce livre. (Castres, par Arnaud Colomiez, 1649).

Je recopie le texte sur l’exemplaire conservé par la Médiathèque Michel-Crépeau (La Rochelle), cote [Res. 362 C]. Je suis parfois intervenu pour normaliser la ponctuation (restitution de majuscules après un point, restitution d’un point au lieu de virgule avant majuscule, et systématisation d’une triple espace entre les différents items de la liste) ; j’ai également « aéré » le texte en ménageant un saut de ligne avant chaque nouvelle tête de rubrique. On remarquera que le catalogue est incomplet : en passant de la page 133 à la page 134, on quitte brutalement les quadrupèdes pour les volatiles. Il y a donc eu une erreur à la fabrication du livre, qui nous prive de la fin de la liste des quadrupèdes et du début de celle des oiseaux.

*
 Pierre BOREL, 1649 : « Catalogue des choses rares qui sont dans le Cabinet de Maistre Pierre Borel Medecin de Castres au haut Languedoc. Edition 2. augmentée de beaucoup. »

p. 132

Catalogue des choses rares qui sont dans le Cabinet de Maistre Pierre Borel Medecin de Castres au haut Languedoc. Edition 2. augmentée de beaucoup.

Inscription qui est sur la porte du susdit Cabinet s’adressant aux curieux.

Siste gradum (curiose) hic enim orbem in domo, imo in Musæo, id est microcosmum seu rerum omnium rariorum Compendium cernes, in eo stans regiones omnes momento lustrare poteris, caemeterium forsan vocabis, cum multa cadavera contineat, sed dic potius campos Elisæos, ubi mortua felici tranquillitate fruentia reviviscunt vel licita necromantia resurgunt, vel dic Herculis trophææ hic jacere, cum serpentum exuvias, ossaque gigantum videas. hic tibi Dei et naturæ opera lubenter demonstrantur, hic multa quæ ars affabre finxit tam liberalis et mechanica quam chimica, hic res suas exoticas America, et sua monstra tibi pandit Africa, ast hic ferocitatem deposuerunt, videbis enim sine noxa basiliscos serpentes, dracones, remoras, lamias, et gigantes, hic mare tibi pisces suos rariores, aer aves, ignis opera, terra mineralia offerunt, hic fructus peregrinos multos cernes quos inconstantia maris furto laudabili é partibus ignotis orbis, constantes reddidit, et ex ignotis notos, hic viscera terræ et aquæ panduntur, uniones et adamantes in matricibus suis tibi offeruntur, hic tandem rara multa antiquitatis monumenta

   quæ nec Jovis ira, nec ignes
Nec potuit ferrum neque edax abolere vetustas.

Hæc omnia parvo in loco continentur, et sine chao pisces ærem habitant et inimici junguntur, hæc omnia, ut

p. 133

et quæ sequenti continentur catalogo, videbit curiosus qui huc accedere dignabitur.

Grandiaque effossis, mirabitur ossa sepulchris.

Proverbes chap. 24 vers. 4.

Par science les Cabinets seront remplis de toute chevance pretieuse et delectable.

    Raretez de l’Homme.

L’Omoplate ou os de l’espaule d’un Geant pesant trente cinq livres, et ayant quatre pams de haut et sept de large.   Un monstre à 2. testes.   Deux dents de geant grosses comme la moitié du poing.   Des pieces de Mumie ou corps embaumez des Egiptiens.   La pierre de gravelle. La peau, Crespine ou coeffe qui envelope les enfans dans le ventre.

    Des bestes à quatre pieds.

Un Crocodille long de neuf pieds.   Un grand Lezard des Indes, long de quatre pieds.   Une belle Tortuë de Catalogne.   Un chat à deux testes.   Une grande corne noire, ridée, et un peu courbée, longue de quatre pams, que les uns disent estre du Pacos, animal qui porte le besoard, les autres de gaselle, et les autres de licorne Ethiopique.   Le Crane d’une beste incogneuë, ayant les sutures eslevées en forme de creste.   Deux autres sortes de Tortuës.   Une hermine.   Une corne d’agneau d’Ethiopie.   Une corne de Chamois.   Une piece de vraye corne de Licorne.   Dents de Licornes minerales.   L’os du cœur du Cerf.   Des pierres de Besoard.   Du Castoreum.   Du pied d’Elent.   De grandes dents de Sanglier.   Des espines de Porc espi, entre lesquelles y en a de fort longues et une de triangulaire.   De corne de Rhinocerot.

p. 134

Un Phœnicoptere, ou Flamand, oyseau rare, haut de neuf pams, et qui a le plumage de couleur de feu.   Le bois où s’engendrent les Oyes d’Escosse, qui naissent de la pourriture des navires, l’aisle et le bec d’un de ces oyseaux.   Le bec de l’oyseau poche ou cueiller.   Le bec de la Cigogne, et de l’oyseau de Paradis, de la Gruë, et du Phænicoptere qui est fort gros, et fait en crochet.   Les griffes d’un Duc Royal, et d’un Aigle.   Un crane de poule monstrueux.   Un œuf d’Austruche.   Une peau de Vautour.   De plumes de plusieurs oyseaux rares des Indes, comme poules de Guinée, et autres.    Une piece du nid des Halcions.   Trois fort grandes ongles d’oyseaux rares.

    Des Poissons, et Zoophites de mer.

L’espée de mer, ou bec du poisson Empereur, dit, Xiphias, ayant quatre pams de long.   La scie de mer longue de trois pams.   Le Zigæna, Libella, Balista, Marteau de mer, ou poisson Juif.   La queuë du Renard de mer, ou Ramard, longue de 7. pams. Un veau Marin.   La teste d’un Dauphin.   La coquille, et teste d’une Tortuë de l’Isle saincte Helene, ayant quatre pams de long, et 3. de large.
Un porc de mer, dit Capriscus.   Autre porc de mer, dit, Centrina, ou Humanthin.   La Torpille poisson rare qui engourdit la main du pescheur.   La Remore qui arreste les navires.   Le Lievre de mer.   Le Chat de mer.
Le Rat de mer.   Le Coq de mer ou Charpentier, poisson duquel les os representent tous les instumens d’un Charpentier.   Une piece de la peau de la Balene.   La peau du Chien marin.   Une coste

p. 135

de Balene.   Une plume ou membre viril de mer.   Un Concombre de mer.   Un Homar ou grande Escrevice marine, ayant chaque pate plus grosse que les deux poings.   Une Langouste de mer.   Un Malermat ou poisson du vent dit ainsi, parce qu’il se tourne tousjours du costé qu’il fait vent, mesmes estant mort.   Une petite Cigale de mer.   Autre Cigale de mer dite, Nympha ou tettix.   Un Scorpion de mer.   Un cœur de mer dit Brissus ouspatagus.   Un os de l’espine d’un Dauphin.   Un Diable de mer ou Galanga, une ongle de Chauvesouris de mer.   Trois sortes d’esponges naissantes ou en fleur.   Plusieurs Estoiles de mer petites et differentes.   Une fort grande Estoile de mer.   Autre dite Soleil de mer.   Divers Herissons de mer grands et petits, avec espines et sans espines.   Trois espines longues comme le doigt d’un poisson rond fort rare apporté de la terre saincte.   Une Grenade de mer.   Des Hermites de mer de diverses sortes.   Une dent de Lamie blanche comme Ivoire, et toute dentelée à l’entour.   Des stincs ou Crocodilles terrestres.   Deux dents d’un grand Cheval marin grosses comme le bras et longues presque d’un pam.   Une bague de mesme matiere.   Divers Cancres grans et petits.   De grandes dents de poissons de riviere.   Deux trompettes ou aiguilles de mer differentes.   Du sperme de Balene.   Divers Hippocampes ou petits chevaux marins entiers.   Des Couteaux de mer.   Une machoire de poisson, à plusieurs rangs de dents mousses.   Un poisson appellé une Damoiselle de mer.   Petits poissons, dits, Croix de mer, qui semblent de pierrettes rondes grises, ayans comme une estoile par-dessus, et un pertuis par-dessous.

p. 136

Deux meres Perles, ou Nacres de la mer Mediterranée, dont l’une contient plusieurs perles qu’on void en leur matrice.   La mere perles de la Mer Oceane.
Deux coquilles dites Conchæ cælatæ qui ont par tout l’esclat des perles Orientales.   Autres brutes, c’est à dire sans polir.   Un gros Limaçon perlé, et representant toutes couleurs.   Un gros limaçon tacheté de noir comme jayet, et le reste estant de couleur de vraye perle.   Un autre assez gros tout tacheté de verd et de couleur de perle, et un autre de mesme grosseur qui est de couleur de perle, et a deux rangs de taches vertes qui semblent des Esmeraudes, et un cercle de couleur de lait en ligne spirale.  Autre gros perlé ayant une ceinture noire aussi en ligne spirale.   Deux autres petits, dont les taches noires sont si bien rangées qu’un Geometre n’y sçauroit observer de plus belles proportions.   Une belle coquille assez plate et longuette retirant au genre des chamas qui est encor plus esclatante et rare que toutes les precedentes, n’y ayant point de pierre pretieuse qui soit si belle, ny de couleur qu’elle ne represente.   Concha umbilicata, grande coquille qui finit en forme de nombril.   Conchilium grande coquille rare.   Concha cylindroides, coquille faite en forme de cylindre, et qui naturellement est tres bien tabisée.   Concha imbricata, grosse coquille qui semble un toit, estant comme couverte de tuiles rengez l’un sur l’autre.   Divers buccinums grands et petits ou coquilles des Tritons de plusieurs especes.   Porcelaines ou Conchæ venereæ de diverses sortes grandes et

p. 137

petites marquetées, et entr’autres une tachetée comme de picote, une autre grise, et une finissant en limaçon, autres fort agreablement tachetées, et autres de fort blanches, approchant cette coquille à l’oreille on entend le bruit de la mer.   Une fort grande et belle Porcelaine servant de gondole, et une autre mediocre tres-rare, et couverte naturellement de Characteres Hebrieux, Syriaques, Grecs, Latins, et de toutes autres langues.   Pinna bissifera, grande coquille nacrée, et rouge dedans comme sang, longue de trois pams, et large d’un.   Un peu de la soye de mer, qu’elle porte.   Petits pinnas de mesme forme.   Un gros Limaçon long blanc ayant de lignes rouges et noires.   Deux oreilles de mer, coquilles qui ont la couleur des perles, et ressemblent aux oreilles humaines, et mesmes sont pertuisées naturellement.   Une coquille dite remore, ou vray nautile ayant la figure d’une Galere.   Une coquille petite blanche environnée de bossetes.   Autres dites Tigres de mer, tachetées de points noirs et roux bien rangez. Autres dites rats de mer.   Coquilles dites couteaux de mer.   Diverses coquilles rares sans nom.   Coquilles dites Entali et dentali, qui sont la logete de certains vers, les unes semblent de petites cornes, et les autres de trompettes.   Chamæ sorte de coquilles.   Pectoncles grands et petits, et plusieurs autres petites coquilles tres-rares.   Autres petites de toutes couleurs et marbreure, et mesmes de transparentes.   Turbines ou sabots de mer divers.   Murex marmoreus ou pourpre, c’est une grosse coquille pesant neuf livres qui ressemble dedans à du marbre blanc.   Deux Murices triangulaires, ou autre espece de pourpre

p. 138

rougeastre dedans, et couvert de grosses et longues pointes.   Plusieurs petits pourpres aussi couverts de pointes tres aiguës.   Toutes coquilles communes de mer et de riviere, comme moules, huistres, etc.   Coquilles tres petites de plusieurs façons, dites à Agde du Babotum.   Coquilles dans les cavitez d’un roc qui n’en peuvent plus sortir, s’y estans augmentées en grandeur.   Autres enchassées dans la pierre.   Autres petrifiées.   Coquilles, dites, pantheres à cause de leurs taches rousses.   Lepades ou œils de bouc, qui sont des coquilles faites comme une terrine.   Deux coquilles ayans un bec crochu, et fort polies dedans.   Des coquilles armées d’espines ou deffenses.   Limaçons de mer de toutes sortes, et de blancs comme neige, de fort longs, et de tachetez en tres bel ordre.   Coutoyes de Bourdeaux.   Coquilles striées, rugosæ, et d’autres eslabourées naturellement, et ouvragées de diverses sortes.   Rochers de coquilles naturels Limaçons ayans un trou profond en vis comme un nombril.   Limaçon, dit Pentedactilos.   Turbines auriti.   Concha longa.   Concha echinata.   Tellines ridées, une oublie de mer, une coquille dont les taches font la figure d’une fleur de Lys, et une boiste de petit coquillage rangé en forme de fleurs et autres figures.

    Autres choses marines.

Plusieurs sortes de fèves de mer, ce sont les portes de certains limaçons, et mesme j’en ay dans leur matrice.   Pila marina ou paume de mer.   Bourses ou matrices de mer, rousses et noires.   Rose ou œillet de mer.   Unguis odoratus, coquille de la mer rouge.   Corallines diverses.   Tous Coraux.   Soye

p. 139

de mer.   Ambres divers.   Bechuts.   Mousses marines.   Raisins de mer.   Ossemens de Sepia.

    Insectes et serpens.

Un serpent des Indes marin.   Un Dragon ou serpent volant escailleux, long de quatre pieds.   Une piece de la peau d’un serpent qui estoit long de quatre canes et gros comme un homme.   Un Basilic.   Deux ongles et la dent d’un Dragon, du sang de Dragon.   Plusieurs raretez touchant les insectes, Papillons rares, limaçons terrestres, et autres choses.   Stercus lacerti qui sert de fard.   Deux Salemandres.   La despoüille des serpens, et du crapaut.   Plusieurs Cerf-volans, l’insecte licorne.

    Des plantes, et premierement des bois et racines.

Une petite cane ou jonc d’Inde.   De la cane qui porte le Sucre.   Un Guy de chesne tout entier auquel on void le bois du chesne qui s’y tient.   Du Jouca racine dont les Indiens font le pain.   De l’ebene en tronc.   La rose de Hierico.   Le vray Cassia lignea ou cinamome des anciens.  Le vray bois d’Aloës.   La terra merita.   Deux racines, se perçans et traversans naturellement.   De toutes sortes d’autres bois et racines qui sont au rang des drogues, comme guayac, sarsa pareille, costus, imperatoire, angelique contraierva, zedoaria, gingembre, etc.   Du bois de la Chine tout damasquiné naturellement.   Des sandaux.   Du bois Nephritique, qui mis dans l’eau, la rend de toutes couleurs.   Une racine marine noire semblant une grosse chenille qui a plusieurs pieds.

    Des fueilles.

Trois mille plantes en herbier sec, et rengées par ordre alphabétique, et en outre. Le Fungus stel-

p. 140

latus plantanimal, fait en forme d’estoile, et reluisant la nuict, duquel j’en ay plusieurs.   Le matagot herbe des sorciers.   Le cedre du liban.   Toutes les lunaires.   La fueille et fleur de cane d’Inde et palmier.   L’Herbe divine ou thea, qui infusée dans du vin, et donnée à boire, fait qu’on se passe longtemps de dormir sans incommodité.

    Des fleurs.

La fleur de jacea pinea qui semble une pigne.   La fleur de la passion.   La fleur de Muscade.   Les fleurs Eternelles, ou stechas citrin.

    Des gommes et liqueurs.

Toutes gommes des boutiques, et entr’autres celles de Gaiac, gomme laquebdellium, mirrhe, storax, benjoin, euphorbe, etc.   Le vray baume.

    Des semences ou graines.

Toutes semences des boutiques, et en outre. La graine de fougere.   Bamia moscata, qui est faite comme la semence de mandragore, et qui sent fort bien l’ambre si on la masche.   La graine de l’herbe porte soye.   Le vray persil de Macedoine.   La graine qui déferre les chevaux, qui luy passent dessus.   La graine de storax.   Le bled des Indes.   La graine de cane d’Inde.   Le grand Milium solis, nommé lachryma Jobi.   Les lupins en leurs gousses.   La graine de jacea pinea, aromatica et autres rares.

    Des Fruits rares.

Un fruit des Indes tout noir, fort dur et espais ayant l’ouverture et la forme d’un sabot, de la grosseur de la teste.   Un autre fruit des indes de mesme grosseur mais moins espais, ayant une grande ouverture comme un bonet, et environné de

p. 141

lignes, et lettres ou figures roussastres qui semblent des Characteres Chinois.   Le Cabassena ou Melon des Indes.   Une grande Fève des Indes avec la gousse et des grains separez d’icelle.   Les pois des Indes de mesme grosseur, aussi avec la gousse.   Trois nois des Indes ou cocos qui sert à tous usages : elles sont fort grosses, l’une comme la teste, et est avec son escorce : l’autre est tirée de l’escorce, et la troisiesme est mise au tour et sert de bouteille.   Des chatagnes de mer de diverses especes.   La chatagne de Canada.   Le fruit qui porte le coton.   Beaucoup de saligots ou tribules de mer, qui sont noirs et couverts de pointes.   Le fausel ou noisettes des Indes.   Un fruit de Turquie appellé Caphet ou Fagara.   De pisum cordatum ou pois des Indes tous noirs, ayans chacun sur soy un cœur blanc.   La noix muscate environnée de son macis.   Les noix muscates masles ou longues.   Autre fruict ressemblant fort à une noix muscate.   Le cocos de maldive.   Le Carpobalsamum ou fruit du baume.   Plusieurs fruits incognus de diverses especes.   Le fruit du Palma pinus, ou pigne des Indes.   Deux acajous qui sont de fruits qui semblent de rognons.   Des pignons des Indes.   De fort gros gerofle.   De faseols des Indes.   De figues d’Inde.   La pomme de Mandragore.   La semence de Guanabanus.   Une grande quantité de petits fruits divers et estrangers, enfilés ensemble.   Un fruit rare long de couleur de bois.   Autre fruit rare de couleur de chastagne, plat, longuet et ovale.   Autre qui retire aussi à la chastagne.   Autre ayans dessus comme un cachet en forme de croissant.   Autre en forme de figue, mais ayant une escorce fort fibreuse et

p. 142

espaisse, et dedans un noyeau comme un pignon d’Inde.   Autre fruit estranger vestu d’un herisson tres-dur, et ayant un noyau dur comme un caillou, et blanc dedans comme neige.

    Autres fruits et semences.

Les pois de la chine de toute grosseur.   Le poivre long, blanc, noir, et de guinée en sa gousse.   Courge couverte de verrues.   Millets rares, blanc, noir et autres.   Uvæ amomi.   Jujubes.   Gousses de l’arbre de Judas.   Les carrouges.   Les oranges des Indes.   Les palmites.   La coloquinte.   Tous les cardamomes.   Baccæ orientales.   La casse entiere.   Les pistaches, noix vomiques, noix metelles, behen, sebestes, anacardes, cubebes, tamarindes, etc.

    Des mineraux et premierement des pierres.

Un beau chandelier de Cristal pesant six livres.   Deux chaines d’Agates, jaspes, et cassidoines.   Le rocher des vrais Diamants, où il y en a d’attachés.   Le rocher des diamans d’alançon, et autres faux.   De grosses Turquoises de vieille et nouvelle roche en forme de dents.   Divers cristaux polis, sans polir, et autres attachez à leurs matrices, taillés à facetes naturellement.   Du Jaspe de toutes couleurs.   De Marbre de toutes couleurs en boules.   Marbre brut.   Du Porphire.   Des Saphirs.   Des Esmeraudes.   Des Hiacinthes.   Des Grenats.   Des Cassidoines.   Des Agates.   La pierre serpentine.   Des Oniches.   Des Sardoines.   Une pierre où on void deux yeux semblables naturellement avec leurs prunelles.   Autre où on void un paisage remply d’Arbres.   Autre où on void un beau rosier.   Autre où on void un cœur jaune.   Autre où on

p. 143

void comme un serpent entortillé.   Trois Crapaudines, dont l’une est dans le roc qui est sa matrice, bien qu’on croye qu’elles vienent de la teste d’un crapaut.   De Topasses.   Beaucoup de Lapislazulis.   Beaucoup de Cornalines.   Pierres de picote.   Pierres d’esponges.   Pierre de graveles.   Des aymans comuns.   L’aimant blanc, qui est fort rare.   Deux pierres à estoiles, où astroites, qui se remuent dans le vinaigre sans qu’on les touche.   Des pierres d’Arondelles.   De pierres judaiques en forme d’olives.   De pierres de linx en forme de cone.   Deux pierres d’Aigles diverses, et qui resonent quand on les secoüe.   Deux pierres de tonerre.   Cinq langues de Malte diverses, ou pierres ressemblans à des langues.   La pierre d’œil.   Les pierres d’Escrevices et cancres.   Deux pierres de saincte croix d’Espagne.   Pierre de loup de mer.   La pierre de Balagate, de sang et de lait, enchassée en argent.   De lemery.   L’amiantos ou lin incombustible.   Le coral blanc, rouge, noir, et bastard.   Trois arbres entiers de coral naissant.   De fort grandes congelations d’eau.   De petites de diverses sortes, de branchues et pertuisées.   Un pomeau d’espee antique de jaspe fort beau, tiré d’un sepulchre.   La pierre dite perigueux.   La pierre de colique ou de maigre.   La pierre d’Armenie.   Des pierres de touche.   Un Camaieu gravé d’une Diane qui chasse un Cerf.   Du Jaiet brut.   La pierre hæmatite.   La pierre sanguine.   La pierre Thraciene.   La pierre Stalactite.
La pierre plombine.    La pierre du Talc.   La pierre Hammonite.   La pierre Entrochos.   Le Priapolithos.   L’histerapetra.   L’enosteos.   De belles

p. 144

pierres artificielles, luisantes et de diverses couleurs formées par la force du feu.

    Choses changees en pierre.

Du pain petrifié.   Des os et Dents humaines.   Une pierre où on void naturellement une femme debout en bosse.   Autre où on void des arbustes representés.   Des pignons petrifiez avec coque et sans coque.   Des œufs d’oiseau, et olives.   Une amande petrifiée avec coque et sans coque.   Du bois et branches petrifiées.   Des fueilles changees en pierre.   De la Vesse.   Des pois.   Des lentilles.   Un œil de Serpent petrifié.   Des langues de Serpent, ou becs de Cane apierris.   Des racines d’herbes petrifiees.   Des Capillaires et cipres petrifié.   Une esponge petrifiee.   Du crane humain petrifié.   Une plante d’Hepatique apierrie.
Diverses coquilles de mer, changées en pierre, jointes et separées, des tellines et des moules.   Une figue petrifiée.   De la mousse changée en pierre.   Un potiron petrifié.   Un morceau de serpent petrifié.   Des cloux couverts de pierre.   Diverses sortes de limaçons, plats, ronds, longs, et marins noirs, et blancs petrifiez, de diverses sortes.   Des escorces de melon changées en pierre.   Des membres virils avec les testicules, et des matrices de femmes changées en pierre.   Une escorce de citron changée en pierre. Un rognon petrifié.    Une dent de Dragon de pierre.   Un rouleau de pierre.   Des dragées petrifiées.   Diverses congelations rares, et de la cave goutiere de Tours.   Autres choses apierries, comme un testicule de cheval, du miel en rayon, du lard, où le maigre, le gras et le rance paroissent fort bien, et un fromage.

p. 145

Et autres choses.   Un gland changé en Marcassite.   Plusieurs limaçons divers, changez en mine de fer.

    Autres mineraux.

De toutes sortes de mineraux des boutiques, etc.
Du Sel de montagne de Cardone, blanc et rouge.   De Sel gemme.   Sel armoniac.   De la mine de l’or.   De l’argent.   Du cuivre.   De l’estain.   Du plomb.   Du fer, et acier y en ayant une pierre en forme de corne de licorne.   Des marcassites.   D’estain de glace. Mineral qui s’envole à escailles luisantes fort aisement.   De l’ambre jaune remply naturellement d’insectes.   De terre sigillée avec le cachet du grand Turc, et d’autre sans sceau.   Du savon naturel.   Toutes sortes de talcs et alums, comme alum de plume, etc.   Toutes couleurs et terres minerales.

    Des antiquitez.

Une urne grande et une moyenne de terre, une petite de verre.   Des couvercles et autres pieces de petites urnes de terre sigillée avec des inscriptions et des os qui estoient dans les urnes.   Un vase ancien des sacrifices qui est de marbre grisastre fait en forme d’hydre.   Une lampe sepulcrale des anciens.   De la mesche inextinguible, ou lin incombustible, avec lequel on separoit les cendres des morts de celles du bois, et duquel on faisoit du linge qui se lavoit dans le feu.   Deux lacrymoirs antiques differents.   Un dieu penates.   Un petit dieu des Egyptiens fort antique.   Une belle statuë tres antique du dieu mercure, ayant des aisles au bonet, et tenant un bource ou teste de quel-

p. 146

que animal.   Un vase ancien, ou urne de bronse, ou metal de Corinthe, (resonnant comme une cloche si on le frape) avec des inscriptions inconnuës à l’entour incrustées d’argent.   Un excellent relief ancien de bronze representant la chasse du taureau.   Autre sur l’ivoire representant le siege d’une ville. Un caillou fort dur escrit en bosse, antique, et tiré d’un sepulchre.   Du pavé à la mosaique du temple de Diane.   Les pierres blanche et noire, dont on jettoit le sort anciennement.   Divers livres, manuscrits (du temps qu’on ne sçavoit imprimer.) Et entre autres une bible en parchemin.   Grande quantité de medaillons et medailles antiques, d’argent, de bronze et plomb, romaines, grecques, gotiques et hebraiques, toute dans leurs armoires et chasses.   De medailles ou figures sur l’esmail et la nacre.   Beaucoup de monnoyes de diverses nations.   Beaucoup de graveures antiques, toutes dans leurs estuis.   450. rares tailles douces tant antiques que modernes des meilleurs autheurs, comme Michelange, Raphaël, Lucas, et albert, mises dans un fort grand livre.   Des fleches antiques.   Des cottes de maille.   Lances, bouclier, Chausetrapes, flasques de corne de buffle, masses d’armes ayans de petits moulins dans le manche, et autres armes du temps passé.

    Choses artificielles.

Deux chefs d’œuvres de tournerie, l’un de douze gobelets, espais seulement comme du papier, l’autre est de tous les utensiles d’une maison dans une boete.   Un panier tres-bien eslabouré, fait avec un os de cerise.   Un cueiller de la chine et du papier, toile, et cartes le tout de soye du mesme

p. 147

pays.   Une coupe de bois de lierre qui separe le vin de l’eau.   Une riche et grande tasse de porcelaine tres-fine.   De beaux ouvrages de decoupure sur du parchemin et papier.   Un livre rare, qui fueilleté par six diverses fois se trouve tousjours divers, faisant tantost tous ses fueillets blancs, tantost noirs, puis escripts, puis peints et en fin remplis de cartables, et puis de musique.   La clef d’Archimede.   Un fort beau chasteau de carton peint.   Une porte s’ouvrant de tous costez, et une autre invention dependant de celle-la.   Une pierre qui fournit d’ancre pour un grand nombre d’annees.   Un papier sur lequel ayant escript, on le peut effacer et y rescrire toute sa vie avec de l’ancre, sans l’user.   Deux eaux tres-claires qui meslees produisent de l’ancre en un clin d’œil.   Un rare et beau coffret d’Ivoire percé à jour, et cloué d’argent, et un autre fort-bien travailé.   Un miroir concave d’acier, qui brusle le bois, fond le plomb au soleil, renverse les objets, porte fort loin la lumiere, et fait le visage tres gros.   Un miroir convexe, dans lequel on se void tout debout, et y voit tout ce qui est dans le cabinet.   Un miroir tout rond comme une boule.   Un petit miroir ardent, et qui grossit les objets.   Un miroir cylindrique d’acier alongeant fort le visage, et plusieurs perspectives qui si raportent.
De lunettes à la puce, ou microscopes qui grossissent fort les objets.   De lunettes de multiplication, et pour aprocher les objets.   Un triangle de verre pour voir l’Arc-enciel.
Deux statues d’albastre et une de cire fort bien faite, qui crie et remue les yeux.   Une Boussole.   Du

p. 148

mercure fixe ou pierre qui engloutit l’argent vif qu’on luy presente.   Un arc des sauvages, et la flesche.   Un plat d’escorce de cocos.   Un gobelet de la chine de certain jonc tres artistement agencé et verni dedans de couleur d’or.   Deux choses liquides et froides, qui meslées excitent en un instant une fort grande chaleur.   De l’or potable.   De l’escriture et papier de la Chine et Armenie.   Des paniers de fruits, tres-bien imitez des naturels, tant en verre qu’autres matieres.   Un thermometre.   Plusieurs autres sortes d’instruments de musique, comme un lut d’ivoire, une harpe etc.   Diverse poterie d’Italie rare en forme de bassins, plats, pignes, coqs, dauphins et vases.   Un tres-beau plat de fayence où est representée l’histoire d’Andromede.   Un vase de Cassidoine.   Une boule jaspée fort grosse.   Deux figures en taille douce à trois faces où on void trois choses diverses en un mesme portraict selon qu’on se situe.
Autre representant un archer qui vous vise droit de quel costé qu’on se mette.   Autre où on void quatre hommes bien qu’il n’y en aye que deux.   Deux globes, qui ont quatre pams ou environ. de Diametre, et deux autres tres petits.   Deux grosses boules de verre jaspé.   Un chenet [chevet ?] qui s’ouvre par lettres, et autres telles inventions gentiles.  Un verre qui s’alonge.   Une perspective dans un coffret.   Plusieurs raretez sur le verre et autres matieres.   La poudre de simpathie.   Un jeu de quilles qui avec la boule et la boite ne pese qu’un grain de bled, et un jeu d’echecs ne pesant que trois grains.   Quatre liqueurs en une fiole, representans les quatre elemens qui sont

p. 149

distinctement separees. Cinquante portraits à l’huile, excellens, grands, ou petits, desquels il y en a quatre de fort grands douze de Rome, et les autres de Flandres et Paris, et un excellent original ancien sur le cuivre, à scavoir un petit Ecce Homo.   Seize autres petits tableaux de miniature.   20. grands de destrempe.   2. de marbre en bosse et deux sur le velin, couverts de talc et garnis d’ebene.   Il y en a sur la toile, cuivre, et bois et sont tous cornichez, leurs representations sont des histoires nudités, hommes illustres, fruitages, paisages etc.
Un fromage et un pain et trois plats de carton verni qui sont tres bien travaillez.   Un cabinet d’essences et autres choses chimiques.   Une poudre faisant changer l’eau commune en ancre.   Une poudre qui change l’eau en vin.   Une saliere antique de esmaille de l’ouvrage des Penicaux.   Les douze Cesars aussi de cuivre esmaillé.   Toutes les choses susdites sont rengees en huict ceintures environans la chambre, à sçavoir six aux parois qui sont toutes pleines de portraits, une sur deux rangs de livres en nombre de cinq cens volumes, parmy lesquels il y en a de fort curieux, et une dans six cens armoires pleines de raretez.
Il y a en outre beaucoup de manuscrits en tous arts et sciences.   Des belles Cartes Geographiques, et quantité de pieces de demy relief en plomb, estain, plastre, souffre, bronze, et cire.
On void aussi une grotte artificielle dans le susdit cabinet remplie de congelations coquillages, etc. qui est grandement recreative.

p. 150

PSEAUME. 92

Joye ô Dieu m’ont livrée
Tes ouvrages tres-saincts,
Dont és faits de tes mains
Il faut que me recrée.
O Dieu qu’elle hautesse
Des œuvres que tu fais,
Et qu’elle est en tes faits
Ta profonde sagesse.
A cecy rien connoistre
Ne peut l’homme abruty,
Et le sot abesti
Ne sçait que ce peut estre.

FIN.

*

SOURCE : Les Antiquitez, raretez, plantes, mineraux, et autres choses considerables de la Ville, et Comté de Castres d’Albigeois, et des lieux qui sont à ses environs, avec l’Histoire de ses Comtes, Evesques, etc. Et du recueil des Inscriptions Romaines, et autres antiquitez du Languedoc, et Provence. Avec le Roolle des principaux Cabinets, et autres raretez de l’Europe. Comme aussi le Catalogue des choses rares de Maistre Pierre Borel, Docteur en Medecine Autheur de ce livre.  Castres, A. Colomiez, 1649.

Localisation:

– LA ROCHELLE, Médiathèque : Rés. 362C, Fonds ancien. [exemplaire saisi ci-dessus]

– PARIS, BN (deux exemplaires) : RES.8.LK7.1682 ; RES.LK7.1682.
– PARIS, Arsenal (deux exemplaires) : 8.H.14017 ; 8.H.14018.
– AIX, Bibliothèque Méjanes : 8°7620 Impr. 1500-1987.
– AUXERRE, Bibliothèque municipale : C2394-8°, Histoire.
– AVIGNON, Bibliothèque municipale : 8°26142 Cat. anonymes 1950.
– GRENOBLE, Bibliothèque municipale : E.15818.Rés., CGA.
– MONTPELLIER, Médiathèque : 30504, Fonds ancien.
– NANCY, Bibliothèque municipale : 300632, Fonds ancien.
– TOULOUSE, Bibliothèque d’Etude et du Patrimoine (trois exemplaires) : Rés. D XVII 374 ; Rés. D XVII 375 ; Rés. D XVII 24.

Bibliographie complémentaire : voir A.  Schnapper 1988, p. 231-233.

En relation :

  • Cabinets de curiosités répertoriés par Pierre Borel

    L’auteur Pierre Borel, collectionneur lui-même, fait ici l’inventaire de quelque 200 cabinets de curiosités de France et d’Europe qui lui sont contemporains, et ajoute le plus souvent le nom de leur propriétaire.