Cabinet de De Rieux, Gabriel Bernard (président)

Gabriel Bernard de Rieux (1687-1745), dit le président de Rieux, comte de Rieux, baron et seigneur de Livinière et de Saint-Saire, est un parlementaire français.

Voi­ci la pré­sen­ta­tion de son cabi­net que fait Dezal­lier d'Argenville en 1742 :

Le Cabi­net de M. le Pre­sident Ber­nard de Rieux n'est point encore, sui­vant son pro­jet, réuni dans une gale­rie. Un grand modèle en bronze doré, très-bien répa­ré, de la sta­tuë équestre de Louis XIV, exé­cu­tée en grand dans une des villes de France, est mon­té sur un beau pié­des­tal de Marbre accom­pa­gné de plu­sieurs figures, et pla­cé au bout du cabi­net où est le bureau: de grands can­dé­labres de bronze doré, ornés de groupes d'enfants, se voient dans les encoi­gnures de la même pièce. On passe delà dans une Biblio­thèque nom­breuse et com­po­sée de Livres rares : on y voit une pen­dule extrê­me­ment curieuse avec des ouvrages de Méca­nique et d'Horlogerie, entr'autres une Cycloide. On trouve dans un autre endroit un amas d'armes anciennes et d'habillemens étran­gers. Ce qui regarde l'Histoire Natu­relle consiste dans un par­terre de Coquilles ren­fer­mées dans un grand bureau qui occupe tout le milieu d'un cabi­net. On voit dans d'autres armoires l'histoire du Corail, consi­dé­ré et sui­vi dans tous ses états, celle des Plantes Coral­loïdes, celle du Cris­tal; la struc­ture inté­rieure de tous les genres de Coquillages est démon­trée par les Ana­to­mies que feu M. Mery de l'Académie des Sciences en avoit faites. On y trouve des preuves de leur âge, de leurs acci­dents, de leurs mala­dies, et par plu­sieurs ouvrages de l'art qui les accom­pagnent, on est convain­cu que les Coquilles ne sont pas inutiles.

 

SOURCE

DEZALLIER D'ARGENVILLE, Antoine-Joseph, L'Histoire natu­relle éclair­cie dans deux de ses par­ties prin­ci­pales, La litho­lo­gie et la Conchy­lio­lo­gie, Paris, De Bure, 1742, IIe par­tie, cha­pitre 10, p. 201–202. dis­po­nible en ver­sion numé­ri­sée sur Gal­li­ca

Le cata­logue de vente de sa biblio­thèque (1747) est dis­po­nible sur Google Books.