Cabinet de Vivant

Cité par Bonnaffé

« V. 1700 ; à Paris, rue Quincampoix. – Curiosités. Ce cabinet se composait « de tiroirs séparés en petites cellules remplis de toutes les pierres précieuses orientales et occidentales, distinguées et opposées par leur espèce… D’autres tiroirs étoient remplis de minéraux, métaux, pétrifications, croissance de mer, cristal de roche, etc… Nous y vîmes encore une quantité de bijoux mis en œuvre, des peintures en émail, ainsi que de très beaux ouvrages de tour et de filigrane. Il ne faut pas oublier les différentes armures, habillemens, chaussures anciennes et étrangères ; plusieurs oiseaux, poissons et animaux desséchés ; des plantes et des fruits rares ; des livres sur des écorces d’arbres, sur des feuilles de palmier, sur des joncs, la plupart roulés autour d’un bâton, de l’écriture et du papier de tous les pays ». (D’Argenville.) A cette énumération G. Brice ajoute « des médailles d’or et d’argent, des tableaux et des miniatures des meilleurs maîtres… des vases de cristal de roche, d’agate et d’autres sortes, taillez et vuidez avec un soin et une industrie toute particulière, des émaux sur or anciens et nouveaux de la première perfection… des heures anciennes pleines de vignettes et de miniatures, d’un grand travail et d’une belle conservation, des livres d’estampes… des bronzes ». […]

D’Argenville. -$54, I, 366. – $31, 1713, I, 359. – Hist. d’un voyage littéraire fait en 1733, p. 50.«