Cabinet de Chevalier, Nicolas (1694)

C'est là le premier état de la publication du cabinet de Nicolas Chevalier ; cette description date de 1694.

Une seconde édi­tion, en 1702, porte pour adresse "A Amster­dam. Chez l'Auteur, Mar­chand Libraire". Nous repro­dui­sons la presque tota­li­té de la des­crip­tion de 1702 dans un autre article de la rubrique "Cabi­nets" (voir lien en bas de page). Les huit der­nières planches de l'ouvrage figurent le cabi­net de Nico­las Che­va­lier ; la der­nière repré­sente le pla­fond, où sont accro­chés, par­mi d'autres curio­si­tés, cro­co­diles, "lézard du Bré­sil", corne de "rino­ce­rot", tatou et écailles de tor­tues.

On trou­ve­ra dans notre gale­rie d'image un album de pho­to­gra­phies numé­riques repro­dui­sant d'une part les planches seules où sont repré­sen­tés les murs et le pla­fond de la pièce, d'autre part les textes et les gra­vures qui décrivent la "chambre de rare­tez". Le livre a été numé­ri­sé par la biblio­thèque de Cologne.

*

SOURCE : CHEVALIER, Nico­las : Remarques sur la pièce antique de bronze trou­vée depuis quelques années aux envi­rons de Rome, et pro­po­sée ensuite aux Curieux de l'Antiquité, pour tâcher d'en décou­vrir l'usage : avec une des­crip­tion de la Chambre des Rare­tez de l'Auteur. Amster­dam, A. Wolf­gang, 1694.

Loca­li­sa­tion:

- Paris, Arse­nal (2ème édi­tion) : 8.H.22906.

- Paris, Biblio­thèque natio­nale (deux exem­plaires) : J.15993 ; FB.17589.
— Paris, Biblio­thèque J. Dou­cet : FIAA 12 Rés.45
— Aix, Biblio­thèque Méjanes : 1594
— Avi­gnon, Biblio­thèque muni­ci­pale : 8°. 14393. Cat. Ano­nymes 1950.
— Rouen, Biblio­thèque muni­ci­pale (deux exem­plaires) : Mt p.1303 -1 fonds Cas ; Mt p.3205 fonds Cas

En relation :

  • Cabi­net de Che­va­lier, Nico­las (1721)

    Cata­logue de vente après décès de la col­lec­tion de curio­si­tés de Nico­las Che­va­lier (1721).

     

  • Cabi­net de Che­va­lier, Nico­las (1712)

    Second cabi­net de Nico­las Che­va­lier, situé à Utrecht (1712).

     

  • Cabi­net de Che­va­lier, Nico­las (1702)

    Seconde Edi­tion. A Amster­dam, Chez l’Auteur, Mar­chand Libraire. 1702. Nico­las Che­va­lier décrit avec pré­ci­sion les objets et la confi­gu­ra­tion de ce qu’il appelle sa « chambre des rare­tez », gra­vures à l’appui, en seconde par­tie d’un petit ouvrage inti­tu­lé Remarques sur la piece antique de bronze… (1694 pour la 1ère édi­tion).

     

  • Cabi­net de Che­va­lier, Nico­las (1685–1720)

    La col­lec­tion de rare­tés de Nico­las Che­va­lier consiste en trois cabi­nets de curio­si­tés, consti­tués entre 1685 et 1720, dont nous don­nons ici les quatre publi­ca­tions détaillées.

     

  • « Sta­tuette des trois Grâces » de Nico­las Che­va­lier

    Cette sta­tuette, que Che­va­lier men­tionne pour cha­cun de ses cabi­nets suc­ces­sifs et que l’on retrouve pro­po­sée à la vente dans le cata­logue de vente après décès édi­té par la veuve Des­bordes, est en réa­li­té une sta­tuette qui repré­sente la triple Héca­té.