Cabinet de Chevalier, Nicolas (1716-1720 ?)

Quatrième état connu de la collection de Nicolas Chevalier, il s'agit du dernier catalogue imprimé publié, sans date, du vivant du collectionneur.

Troi­sième cabi­net, Amster­dam 1716–1720

La femme de Che­va­lier meurt au cours de l’année 1716 ; Che­va­lier revient habi­ter à Amster­dam. Le qua­trième état de la col­lec­tion par­ve­nu jusqu’à nous consiste en une publi­ca­tion sans date dont le titre porte Cata­logue de toutes les rare­tez, Qui se montrent dans la Gal­le­rie d’Antiquitez au des­sus de la Bourse à Amster­dam, tous les matins depuis 9. jusqu’à une heure après-midi, et depuis 2. jusqu’à 7. heures et demië du soir, mises en ordre, Par Nico­las Che­va­lier. Le docu­ment se pré­sente sous la forme d’une liste d’articles numé­ro­tés assor­tis de pré­ci­sions spa­tiales, et agré­men­tée de gra­vures reprises de la publi­ca­tion de 1694. Il est dis­po­nible sous forme de cli­chés numé­riques dans la gale­rie du site.

En relation :

  • Cabi­net de Che­va­lier, Nico­las (1721)

    Cata­logue de vente après décès de la col­lec­tion de curio­si­tés de Nico­las Che­va­lier (1721).

     

  • Cabi­net de Che­va­lier, Nico­las (1712)

    Second cabi­net de Nico­las Che­va­lier, situé à Utrecht (1712).

     

  • Cabi­net de Che­va­lier, Nico­las (1702)

    Seconde Edi­tion. A Amster­dam, Chez l’Auteur, Mar­chand Libraire. 1702. Nico­las Che­va­lier décrit avec pré­ci­sion les objets et la confi­gu­ra­tion de ce qu’il appelle sa « chambre des rare­tez », gra­vures à l’appui, en seconde par­tie d’un petit ouvrage inti­tu­lé Remarques sur la piece antique de bronze… (1694 pour la 1ère édi­tion).

     

  • Cabi­net de Che­va­lier, Nico­las (1694)

    C’est là le pre­mier état de la publi­ca­tion du cabi­net de Nico­las Che­va­lier ; cette des­crip­tion date de 1694.

     

  • Cabi­net de Che­va­lier, Nico­las (1685–1720)

    La col­lec­tion de rare­tés de Nico­las Che­va­lier consiste en trois cabi­nets de curio­si­tés, consti­tués entre 1685 et 1720, dont nous don­nons ici les quatre publi­ca­tions détaillées.

     

  • « Sta­tuette des trois Grâces » de Nico­las Che­va­lier

    Cette sta­tuette, que Che­va­lier men­tionne pour cha­cun de ses cabi­nets suc­ces­sifs et que l’on retrouve pro­po­sée à la vente dans le cata­logue de vente après décès édi­té par la veuve Des­bordes, est en réa­li­té une sta­tuette qui repré­sente la triple Héca­té.