VIDÉO Table ronde - Des cabinets de curiosités au musée et à la science moderne

Pour reve­nir sur les idées toutes faites, quatre cher­cheurs se penchent sur les ori­gines et sur l'évolution des cabi­nets de curio­si­tés, au Musée des Confluences de Lyon.

Mapping curiosity : Kaspar Friedrich Jencquel’s Recommendations for Visits of Cabinets in Europe (1727)

La muséo­gra­phie alle­mande au XVIIIe s. : com­ment Nei­ckel et Kanold pré­sentent en 1727 leur inven­taire des col­lec­tions euro­péennes.

Les collections à la radio

France Culture retrace l'histoire des col­lec­tions. Entre­tiens avec des auteurs qui publient cet automne sur le sujet.

Collections écossaises de l'Université d'Aberdeen

La longue et riche his­toire des col­lec­tions de l’Université d’Aberdeen (Écosse), par le Pro­fes­seur Peter David­son.

Brest et la curiosité du XVIIIe au XXe siècle

Corail blanc sur huître feuille­tée, cou­leur de chair, joli acci­dent ; morue à laquelle on a prê­té la forme d'un dau­phin, char­la­ta­nisme de marin… Telles sont quelques-unes des richesses dont s'enorgueillit le Cabi­net d'Histoire natu­relle de Brest en 1794. Mais d'où viennent, et que deviennent, toutes ces mer­veilles ?

Le devenir du Cabinet de Paul Contant

Après la mort du col­lec­tion­neur en 1629, que devient le "joli cabi­net de Curio­si­tés natu­relles" célé­bré par tant de visi­teurs ?

Les cabinets de Paul Contant, apothicaire de Poitiers

"Et toi, dont le regard attriste mes esprits…" C'est en alexan­drins que le phar­ma­cien poi­te­vin Paul Contant chante son cabi­net de curio­si­tés, sans cesse enri­chi entre 1600 et 1628. Il ne fau­dra pas moins de quatre démé­na­geurs pen­dant sept jours pour démé­na­ger tous les objets après la mort du col­lec­tion­neur.