La collection de plantes comme forme matérielle d’appréhension de la nature : le cas de Montpellier, XVIe – XVIIIe siècles

Flore César est doctorante en Histoire de l’Art à l’Université de Montpellier. Sa thèse porte sur « Collectionnisme et curiosité à Montpellier du XVIe au XIXe siècle ».

De la racine de Baara et de quelques autres plantes merveilleuses à la Renaissance

Un cabinet de curiosités grenoblois à l’origine des collections du Muséum d’histoire naturelle de Grenoble : le cabinet de curiosités de Raby l’Américain, entre 1754 et 1779

Résumé : parmi les cabinets de curiosités qui furent légués en 1773 au Cabinet d’histoire naturelle de Grenoble pour en constituer les premières collections, celui du négociant Raby l’Américain fut un de ceux dont l’influence se fit ressentir jusqu’à la création du Muséum d’histoire naturelle de Grenoble en 1851. Cette influence se mesure en termes d’orientation des collections. Les collections exotiques et ethnologiques de Raby, lesquelles voisinaient avec des collections minéralogiques alpines, préfigurèrent en effet la double vocation des collections du futur Muséum d’histoire naturelle de Grenoble : d’abord exotiques et ensuite alpines. A cette double vocation s’ajoute une réelle quête esthétique qui a été transmise par le cabinet de curiosités de Raby l’Américain à l’actuel Muséum d’histoire naturelle de Grenoble.

Piquer la curiosité : de quelques choix éditoriaux à propos de la réédition du Jardin, et Cabinet poétique (1609) de P. Contant

Cet article a été originellement publié dans Curiosité et cabinets de curiosités, Neuilly, Atlande, 2004, p. 109-124.

Cabinets et curieux du Poitou, aux xvie et xviie siècles

Cet article a été originellement publié dans Curiosité et cabinets de curiosités, Neuilly, Atlande, 2004, p. 93-108.

Wunderkammer, Kunstkammer, Schatzkammer

Cabinet

Meubles